Imprimer cette page

Vişeu hier

Vişeu hier
L'évolution de Vișeul de Sus comme localité urbaine est liée directement à l'exploitation du bois et le caractère multiculturel de ses habitants. Une légende locale raconte que la localité avait été fondée par un bûcheron dont le fils est mort frappé par un bois dans la forêt. A la mémoire de son fils, le bûcheron a bâti une église sur la place du tragique accident et autour de l'église a poussé la localité nommée au début «Entre les Rivières» parce qu'elle s'étendait entre la rivière Vișeu et la rivière Vaser.
La structure d'habitation actuelle prend contour en 1770, quand par l'ordre de l'empereur Joseph II de l'Autriche se fondent à Vișeu et à Borșa des centres d'exploitation forestière. Avec les habitants autochtones, sont colonisés dans la zone des ouvriers forestiers allemands du comté Zips (aujourd'hui en Slovaquie). Ils s'ajoutent aux quelques dizaines de familles de Saxons qui s'étaient établis dans la zone dès 1743 et s'occupaient avec l'exploitation des minerais. Avec les vagues ultérieures de colons allemands (de Salzburg et Tyrol en 1775, de Salzkammergut en 1776, de Gmunden en 1778 et de Bavaria en 1784), les ouvriers forestiers parlant l'allemand seront le noyer de la communauté de Zipsers. La plupart des colons allemands étaient de confession Romain-Catholique.

Dès 1780, les colons commencent à transformer la localité, en bâtissant le premier moulin dans la partie d'est de la ville, la digue de Măcârlău, fondent l'école élémentaire de la Trésorerie de Vișeu de Sus (1788), et en 1790 ils bâtissent le barrage de Făina. Toujours en 1790 on bâtit la paroisse Romain-Catholique de la localité et en 1798 on ouvre la première école générale. La première usine de bois de charpente de Vișeu de Sus est bâtie par les Zipsers en 1809.

Les batardeaux qui ont été bâtis à Macârlău et Făina étaient des points de départ des bateliers Zipsers sur Vaser et Tisa vers le Danube. Le bois était rassemblé dans les batardeaux à eau, où se formaient des radeaux, qui étaient conduits sur la vallée sur des caniveaux. On transportait des grandes quantités de bois, qui équivalaient avec 10 wagons de marchandise sur la voie ferrée, l'argent de ces transactions se retrouvant dans la Banque Royale de Vișeu, juste avant le retour des Zipsers du voyage.

Avec l'arrivée des colons allemands on intensifie l'exploitation des forêts, les occupations liées à cette activité-là devenant attractives aussi pour les habitants d'alentour ou des zones plus lointaines du comté Maramureșului, de sorte que graduellement dans la localité arrivent des Roumains, Hongrois et Ruthènes, qui combinaient l'exploitation du bois avec l'élevage du bétail. Depuis la moitié du XIXe siècle s'intensifie aussi la migration des Juifs de Galicia, que nous trouvons dans toutes les couches sociales, des ouvriers forestiers jusqu'aux artisans et commerçants.

Ainsi dans la période entre-deux-guerres, la population de la ville était très variée aussi du point de vue ethnique que du point de vue confessionnel. Au recensement de 1930, Vișeu de Sus avait une population de 7.760 habitants : 2.500 Romain-Catholique (allemands et hongrois), 2.500 mosaïques (Juifs) 2.500 Grecs-Catholiques (Roumains), le reste était des Ruthènes.

Sur la Vallée Vaserului, les Zipsers plantaient du faux-sapin, prenaient soin des pépinières, défrichaient des forêts, envoyaient des radeaux sur l'eau dans la vallée jusqu'à Sighet, Vișeu et Borșa, bâtissaient des radeaux sur l'eau, bâtissaient des routes et ponts en bois.

Butinarii et țapinarii, comme sont nommés localement les ouvriers forestiers, travaillaient dans la forêt au cours de la semaine, dans les chalets appelés «finlandaises», au feu au milieu des chambres et les lits arrangés de manière radiale, pour se réchauffer et sécher leurs vêtements, ayant une «căimăniţă», femme qui s'occupait avec la préparation de la nourriture pour les ouvriers. Ils descendaient dans la ville seulement le samedi.

Les bois étaient coupés de haut avec les haches, «corhănite» sur les caniveaux à eau dans la vallée, rassemblés en batardeaux à Măcârlău et Făina, et de là, formés en radeaux, étaient portés sur l'eau de Vaserului et plus loin sur Tisa. Beaucoup des coutumes des colons Zipsers ont été reprises par les Roumains. Aujourd'hui de la Vallée Vaserului le bois est transporté sur la voie ferrée étroite.